[{"command":"settings","settings":{"basePath":"\/","pathPrefix":"fr\/","ajaxPageState":{"theme":"mbctime","theme_token":"sWuI1bFvHvHkWpmIOiQUjd4bRLIbMp8Wq7JUxZFdIKI","jquery_version":"1.10"},"colorbox":{"opacity":"0.85","current":"{current} of {total}","previous":"\u00ab Prev","next":"Next \u00bb","close":"Close","maxWidth":"98%","maxHeight":"98%","fixed":true,"mobiledetect":true,"mobiledevicewidth":"480px"},"CToolsModal":{"modalSize":{"type":"fixed"},"modalOptions":[],"closeText":"close","loadingText":"","animation":"fadeIn","animationSpeed":"fast","modalTheme":"CToolsSampleModal","throbber":""}},"merge":true},{"command":"modal_display","title":"","output":"\u003Cdiv id=\u0022ctools-sample\u0022\u003E\u003Cdiv class=\u0022view view-user-profile-front view-id-user_profile_front view-display-id-page_1 view-dom-id-f585e1abd0cc1a3233269f791772c8e4\u0022\u003E\n \n \n \n \u003Cdiv class=\u0022view-content\u0022\u003E\n \u003Cdiv class=\u0022views-row views-row-1 views-row-odd views-row-first views-row-last\u0022\u003E\n \n \u003Cdiv class=\u0022views-field views-field-nothing\u0022\u003E \u003Cspan class=\u0022field-content\u0022\u003E\u003Cdiv class=\u0027profile-images\u0027\u003E\u003Cdiv class=\u0022image1\u0022\u003E\u003Cimg src=\u0022https:\/\/www.mbctime.ca\/sites\/default\/files\/mary-lou1_0.png\u0022 width=\u0022325\u0022 height=\u0022325\u0022 alt=\u0022\u0022 \/\u003E\u003C\/div\u003E\u003Cdiv class=\u0022image2\u0022\u003E\u003Cimg src=\u0022https:\/\/www.mbctime.ca\/sites\/default\/files\/mary-lou2_0.png\u0022 width=\u0022325\u0022 height=\u0022325\u0022 alt=\u0022\u0022 \/\u003E\u003C\/div\u003E\u003Cdiv class=\u0022image3\u0022\u003E\u003Cimg src=\u0022https:\/\/www.mbctime.ca\/sites\/default\/files\/mary-lou3_0.png\u0022 width=\u0022325\u0022 height=\u0022325\u0022 alt=\u0022\u0022 \/\u003E\u003C\/div\u003E\u003C\/div\u003E\n\u003Ch2 class=\u0022profile-title\u0022\u003EMary Lou \u003C\/h2\u003E\n\u003Cdiv class=\u0027profile-story\u0027\u003E\u003Cp\u003E\u00ab En 2005, j\u2019ai soumis ma candidature pour ce qui \u00e9tait \u00e0 l\u2019\u00e9poque un nouveau poste \u00e0 l\u2019h\u00f4pital appel\u00e9 sp\u00e9cialiste des ressources m\u00e9dicamenteuses. \u00c0 l\u2019\u00e9poque, c\u2019\u00e9tait tout nouveau et consid\u00e9r\u00e9 comme un r\u00f4le tr\u00e8s diff\u00e9rent pour les travailleurs sociaux. Aujourd\u2019hui, ce genre de poste est tr\u00e8s fr\u00e9quent dans le domaine des soins aux cancers et est g\u00e9n\u00e9ralement nomm\u00e9 intervenant sp\u00e9cialis\u00e9 dans l\u2019acc\u00e8s aux m\u00e9dicaments. Il existe aujourd\u2019hui des douzaines de personnes \u00e0 travers le pays qui proviennent de diff\u00e9rentes professions du domaine de la sant\u00e9 et qui exercent ces emplois pour soutenir les patients atteints du cancer. Dans les faits, cet emploi consiste \u00e0 tenter d\u2019all\u00e9ger le fardeau des patients en les aidant \u00e0 obtenir des remboursements pour les m\u00e9dicaments qui leur sont prescrits. Dans plusieurs provinces, cela comprend l\u2019acc\u00e8s aux traitements pour le cancer. Nous aidons les patients, notamment des patientes atteintes de diff\u00e9rents types de cancer du sein, \u00e0 trouver un moyen d\u2019avoir acc\u00e8s aux m\u00e9dicaments dont ils ont besoin. Lorsque j\u2019ai commenc\u00e9 \u00e0 travailler dans ce domaine, je me suis vite rendu compte des lacunes et des incoh\u00e9rences du syst\u00e8me qu\u2019avaient \u00e0 subir les patients. La situation n\u2019a pas chang\u00e9. Notre syst\u00e8me est peut-\u00eatre m\u00eame encore plus compliqu\u00e9 aujourd\u2019hui.\u003C\/p\u003E\n\u003Cp\u003ENotre syst\u00e8me d\u2019assurance m\u00e9dicaments est tr\u00e8s fragment\u00e9 au Canada. Bien que nous ayons des protocoles de traitement pour le cancer qui sont suivis par les m\u00e9decins, le traitement peut-\u00eatre tout \u00e0 fait diff\u00e9rent d\u2019une personne \u00e0 l\u2019autre, et il n\u2019y a aucune garantie qu\u2019un m\u00e9dicament de soutien bien pr\u00e9cis dont un patient a besoin sera couvert par son r\u00e9gime d\u2019assurance. La plupart des patients ne sont pas conscients de cette r\u00e9alit\u00e9 et cela peut repr\u00e9senter une source de stress importante pour eux au d\u00e9but d\u2019un traitement. Je ne peux pas vous dire le nombre de conversations que j\u2019ai eues o\u00f9 on m\u2019a dit : \u00ab Wow, je ne savais pas \u00e7a. \u00bb Cela cr\u00e9e des incoh\u00e9rences. Une personne peut avoir enti\u00e8rement acc\u00e8s \u00e0 son traitement, alors qu\u2019une autre doit attendre des semaines. J\u2019ai appris \u00e0 faire des liens entre les lacunes que je constate tous les jours et les politiques qui contribuent \u00e0 les cr\u00e9er. Je consacre beaucoup de mes \u00e9nergies maintenant \u00e0 attirer l\u2019attention sur les lacunes des politiques au Canada.\u003C\/p\u003E\n\u003Cp\u003EJ\u2019ai travaill\u00e9 avec des femmes atteintes du cancer du sein m\u00e9tastatique afin de les aider \u00e0 avoir acc\u00e8s \u00e0 de l\u2019assurance-m\u00e9dicaments pour des m\u00e9dicaments de soutien et des traitements. Plusieurs des traitements intraveineux comme la chimioth\u00e9rapie sont couverts par les budgets des gouvernements provinciaux, mais dans plusieurs r\u00e9gions du Canada, les m\u00e9dicaments pris \u00e0 la maison ne sont pas couverts. Gr\u00e2ce \u00e0 la recherche, les femmes atteintes de cancer du sein vivent plus longtemps. Elles doivent subir diff\u00e9rents types de traitements au fur et \u00e0 mesure que leur cancer progresse et elles ont besoin de plusieurs m\u00e9dicaments pour g\u00e9rer les effets secondaires. J\u2019ai connu des femmes atteintes d\u2019un cancer du sein m\u00e9tastatique qui faisaient mentir toutes les statistiques. Malgr\u00e9 la fatigue, la confusion et la douleur incroyables avec lesquelles elles avaient \u00e0 vivre, elles continuaient de lutter jour apr\u00e8s jour. J\u2019ai vu beaucoup de femmes tenter un retour au travail et beaucoup d\u2019autres encore utiliser leur maladie comme tremplin pour changer de \u003Cnobr\u003Evie - pour\u003C\/nobr\u003E faire quelque chose qu\u2019elles aiment afin de donner un sens \u00e0 leur vie, tous les jours. J\u2019ai \u00e9t\u00e9 \u00e0 maintes reprises abasourdie par le courage des femmes que j\u2019ai rencontr\u00e9es dans ma pratique.\u003C\/p\u003E\n\u003Cp\u003EJe me suis \u00e9galement mise \u00e0 rencontrer des femmes avec le cancer du sein m\u00e9tastatique qui \u00e9taient beaucoup plus jeunes que ce \u00e0 quoi je m\u2019attendais. Ces femmes se trouvent dans une position beaucoup plus vuln\u00e9rable en ce qui a trait \u00e0 leur travail, \u00e0 leurs avantages sociaux et au soin des enfants. La dynamique enti\u00e8re de la population canadienne est en train de changer. Il y a de plus en plus de gens qui sont contractuels, travailleurs autonomes ou pigistes. Ma pratique comptait de plus en plus de femmes dans cette situation, des femmes qui avaient peu ou pas d\u2019avantages sociaux ou de solutions de rechange sur lesquelles se rabattre. Beaucoup d\u2019entre elles vivaient seules. Ces jeunes travailleuses ind\u00e9pendantes sont beaucoup plus vuln\u00e9rables lorsqu\u2019elles re\u00e7oivent un diagnostic de cancer du sein m\u00e9tastatique.\u003C\/p\u003E\n\u003Cp\u003ELorsque je travaille avec des femmes atteintes d\u2019un cancer du sein au stade pr\u00e9coce, je m\u2019efforce surtout de les aider \u00e0 obtenir ce dont elles ont besoin pour adoucir leur chimioth\u00e9rapie. Tandis que lorsque je travaille avec des femmes atteintes d\u2019un cancer du sein m\u00e9tastatique, je me consacre enti\u00e8rement \u00e0 les aider \u00e0 composer avec leur maladie au fil du temps et avec les divers sympt\u00f4mes secondaires \u00e0 la chimioth\u00e9rapie ou \u00e0 la radioth\u00e9rapie. Je remarque de plus en plus de femmes jeunes qui se retrouvent coinc\u00e9es dans une situation o\u00f9 soit le montant de leur assurance ne suffit pas \u00e0 couvrir tous les traitements dont elles ont besoin, soit elles risquent de perdre carr\u00e9ment leur couverture. Malheureusement, beaucoup de gens ignorent quelle est leur couverture d\u2019assurance jusqu\u2019\u00e0 ce qu\u2019ils en aient besoin. \u003C\/p\u003E\n\u003Cp\u003ELorsque je parle \u00e0 des patientes atteintes d\u2019un cancer du sein m\u00e9tastatique, j\u2019essaie de les aider \u00e0 comprendre qu\u2019elles ne pourront pas pr\u00e9dire ni influencer les d\u00e9cisions qui seront prises concernant leur couverture d\u2019assurance. Notamment la proportion du co\u00fbt d\u2019un m\u00e9dicament qui sera couverte par l\u2019assurance, le temps qu\u2019il sera n\u00e9cessaire pour \u00e9valuer la couverture et jusqu\u2019\u00e0 quel point leur couverture d\u2019assurance pourra les aider. Pour beaucoup de patientes, la r\u00e9ponse \u00e0 ces questions est toute une surprise. Toutefois, toutes ces patientes doivent savoir qu\u2019il y a des gens \u00e0 l\u2019h\u00f4pital qui peuvent les aider \u00e0 trouver des solutions. Elles n\u2019ont pas \u00e0 s\u2019occuper de ces d\u00e9marches seules.\u003C\/p\u003E\n\u003Cp\u003EJe ne crois pas que la perception que le public a du cancer ait encore compl\u00e8tement chang\u00e9. La majorit\u00e9 des personnes atteintes d\u2019un cancer aujourd\u2019hui vivent beaucoup plus longtemps. Les gens doivent changer leur perception du cancer et l\u2019envisager davantage comme un mod\u00e8le de soins chroniques. Plusieurs femmes m\u2019ont expliqu\u00e9 que vivre avec un cancer m\u00e9tastatique au quotidien est une exp\u00e9rience diff\u00e9rente que de lutter contre un cancer de nature plus agressif. Les femmes que j\u2019ai c\u00f4toy\u00e9es qui ont eu un cancer du sein au stade pr\u00e9coce, qui ont \u00e9t\u00e9 trait\u00e9es et qui sont maintenant consid\u00e9r\u00e9es comme des survivantes me confient qu\u2019elles se demandent constamment : \u003Cnobr\u003E\u00ab Et si le cancer revenait\u2009? \u00bb\u003C\/nobr\u003E Tandis que les femmes que j\u2019ai aid\u00e9es \u00e0 vivre avec le cancer du sein m\u00e9tastatique se demandent : \u003Cnobr\u003E\u00ab Qu\u2019est-ce qui m\u2019attend ensuite\u2009? \u00bb\u003C\/nobr\u003E Elles vivent avec le cancer. Tous les jours. \u00bb\u003C\/p\u003E\n\u003C\/div\u003E\u003C\/span\u003E \u003C\/div\u003E \u003C\/div\u003E\n \u003C\/div\u003E\n \n \n \n \n \n \n\u003C\/div\u003E\u003C\/div\u003E\u003Cdiv class=\u0022item-list\u0022\u003E\u003Cul\u003E\u003Cli class=\u0022first\u0022\u003E\u003Ca href=\u0022\/fr\/pfe_user_story\/ajax\/106\u0022 class=\u0022use-ajax prev\u0022 title=\u0022\u0022\u003E\u003C\/a\u003E\u003C\/li\u003E\n\u003Cli class=\u0022last\u0022\u003E\u003Ca href=\u0022\/fr\/pfe_user_story\/ajax\/146\u0022 class=\u0022use-ajax next\u0022 title=\u0022\u0022\u003E\u003C\/a\u003E\u003C\/li\u003E\n\u003C\/ul\u003E\u003C\/div\u003E"}]